Parents, et maman.

Posté le 11. Août, 2009


Ce mois-ci (dans le numéro de septembre), le magazine Parents m’a offert sa « Carte Blanche » dans un dossier consacré aux modes de garde.
J’y révèle une manie dont je n’avais jamais parlé à personne….

carteblancheparents

0

Soufflez une réaction

Dédicace chez Michel !

Posté le 31. Mai, 2009

Samedi, j’ai dédicacé dans la librairie de Michel, un garçon adorable.

librairie michel 1

Merci à tous ceux qui sont passés !

librairie michel 2

Ici, je suis avec la jolie Christel Ilardo, une copine de seconde au lycée, qui m’a fait le plaisir et la surprise de passer me faire un coucou.

Et comme le librairie, Michel Bartoli, fêtait ses 40 ans ce samedi….

librairie michel 5librairie michel 6

… je lui ai fait un petit crobard ! :))

Merci à la librairie Album, 36 avenue des Ternes, 75017 Paris, pour son superbe accueil !

0

Soufflez une réaction

Salon du livre Lire à Limoges 2009

Posté le 05. Avr, 2009

Gare d’Austerlitz, à 8h, je me perds dans la contemplation d’un olivier, planté là, devant les quais, sur lequel une nuée de mésanges n’attendent pas le train, les veinardes.
mesanges quai

Un texto de ma copine Lorraine Fouchet m’indique qu’elle file dans un taxi, tandis qu’un coup de fil affolé de mon autre copine Tatiana de Rosnay m’informe qu’elle ne s’est pas réveillée à temps, avec le bruit des rails en arrière-plan sonore.
J’adore quand le 1er avril dure quelques jours de plus….

Allez, hop ! Ma copine Barbara Constantine nous rejoint, et en route dans notre train Corail pour trois longues et cahotantes heures de trajet jusqu’à Limoges…

…Où nous sommes accueillies, en arrivant sur notre stand, par une nuée d’applaudissements.
« Enfin !! » hurle la foule, éperdue de bonheur, en lançant des cotillons.
« Vive Tatiagnès !! » (les clameurs s’entremêlent) scandent les lecteurs qui nous aperçoivent, en entamant une petite gigue locale.
« Le salon du Livre de Limoges est désormais ouvert !! » crie, tremblant d’émotion, le maire de la ville dans son mégaphone, pointant la main avec fierté dans notre direction.

Agnes Abecassis et Tatiana de Rosnay

Simples et accessibles, nous accordons aux photographes de presse le droit de nous immortaliser, pour que le bonheur des badauds qui nous encerclent soit partagé par les milliers de malheureux qui n’ont pu se déplacer jusqu’à nous.
Faut pas être égoïste.

lecteurs limoges 2009

Didier le Fur, plus malin que les autres, est parvenu à se glisser entre les grilles de sécurité et à échapper à la vigilance des gardes du corps, pour témoigner toute l’admiration qu’il vouait à son auteur préféré.
didier et tatiana

Le soir, Didier le Fur qui avait réussi à se faire placer à notre table en soudoyant le maitre d’hôtel (ou alors il n’y a jamais eu de maître d’hôtel, et dans ce cas un billet de 20 euros se promène dans la poche d’un inconnu vêtu d’un smoking qui passait juste au bon moment en se rendant à la Bar-Mitzvah de son neveu), m’a négligemment demandé mon âge.

Quand j’ai répondu : « tout juste 37 ans », il s’est écrié, la voix vibrante de sincérité spontanée et premier degré « tu rigoles ?! Mais je t’en donnais exactement 10 de moins !! »
Grisée par mon unique gorgée de champagne et de crème de cassis (je supporte très mal les mélanges d’alcool) je me jetais alors à son cou pour lui témoigner tout le plaisir que son objectivité m’inspirait.
rouge a levres didier

Eh oui, on est comme ça, entre nous, les people.
On s’embrasse sans arrêt.
(Entre autres).

Le lendemain, sous la tente, il a fait une chaleur étouffante.
Barbara Constantine n’en pouvait plus, du coup elle a carrément envisagé de se faire un bain de foule de midi.
barbara chaud rose
Quant à Lorraine Fouchet et moi, nous avons entammé un concours de tee-shirt mouillés qui a, comment dire, rapidement provoqué une rupture de stock de l’intégralité des livres de tous les auteurs présents sur le stand où nous nous trouvions.
lorraine et moi bouteilles eau
Merci qui ?

…………………

Edit : Karine, une adorable lectrice Limogeoise…heu, Limougène…bref, de Limoges, passe chaque année au salon, et elle est si gentille, que c’est un grand plaisir de la revoir !
Elle m’envoie ensuite les photos que nous avons faites ensemble, alors cette fois, allez hop, je les montre carrément ici !
karine lectrice1karine lectrice 2karine lectrice 3

0

Soufflez une réaction

Salon du Livre Montaigu 2009

Posté le 30. Mar, 2009

Le soir, dîner à la Chabotterie, un restaurant étoilé au Michelin.
Je m’auto-promets de bien me tenir, et de ne surtout pas réitérer les bêtises de l’année dernière, avec Alonso. D’autant que cette année, Alonso n’est pas là. Et c’est pas drôle d’avoir douze ans quand son autre copine de douze ans n’est pas dans les parages.

Alors, sagement, je déambule en compagnie de Robert Castel, avec lequel il est pratiquement impossible de papoter tant il me fait hurler de rire. Improvisation totale, second degré absolu, magnifique et excellent comédien.

Robert Castel


A ma table ce soir, il y a ma copine Delphine, attachée de presse chez Fayard, une fille complètement déjantée que j’ai rencontrée à midi et qui s’appelle Abla Ababou, Marion, attachée de presse aux éditions du Rocher, et l’inénarrable Gordon Zola.

gordon zola montaigu

Seulement voila.
Il y a aussi…..

verre plein vin

………ça.
Et ça, c’est très exactement la dose de vin que je me suis accordée.

verre vide vin

……….hop.

Moi qui ne bois jamais.
Et qui était à jeun.
Gloups.

Il n’en a pas fallu plus que je me transforme illico en une chose verte, échevelée et gloussante, l’eye-liner suintant de larmes de rire, les abdos prêts à céder sous la pression du diaphragme, misérable écroulée suffocante sur l’épaule de Delphine.
Gordon Zola nota que je lui rappelais le personnage de Nadia, dans le film « Boire et déboires », normal en apparence mais qui pête un câble dès qu’elle croise une goutte d’alcool.

Il n’avait pas fini sa phrase qu’il se prenait une boulette de mie de pain dans la bouche.

boulettes pain

La guerre était déclarée.
Gordon Zola se retrancha courageusement derrière Marion, tandis qu’Abla tenta de marquer un panier sur ma lentille.

abla prise en flag

(Abla, prise en flag’ !)

ayeuh

(Aïïïe-euh !)
Abla, pragmatique, shoote mes lancers pour comprendre comment j’arrive à envoyer les boulettes que je lui destine directement dans l’oeil de Gordon Zola.

abla shoote


La réponse est simple : je vise très approximativement.

delphine et moi rire


Série de photos absolument inmontrables, donc coupées de partout, rabotées, censurées, et mises en toute petites, où nous…
…ben tiens, devinez ce qu’on fait, hein, justement.

regards p 1

regards p 2

regards p 3

Bon.
La réponse était : on tente de réaliser les regards les plus poufs possible.

Entre Abla et sa bouche en cul de poule, moi et mon eye-liner qui part visiter la ville, et Delphine et sa mono-expression, je crois effectivement qu’il est temps d’aller nous coucher.

Délicieuse soirée où nous nous tapons 40 minutes de car pour retourner à l’hôtel, à minuit, avec deux auteurs bourrés (pour de vrai, ceux là) prévenant alternativement qu’ils risquent peut-être de vomir sur la tête des passagers, qui « chantent » à tue-tête, ou qui vont demander au chauffeur si c’est encore loin, le Mercure (40 fois.)
Delphine m’a retenue d’en assommer un qui passait près de moi à coups de sac à main, mais je jure que j’ai bien failli.

C’est d’ailleurs avec cette fille adorablissime que je suis allée me prendre un dernier verre, noyant dans l’alcool de nos Ice Tea light nos mélancoliques pensées (« les hommes tous des cons, au fait j’adore ton petit pull tu l’as acheté où ? »)

Dodo à trois heures et demie du matin (merci le changement d’horaire, sinon il était à peine deux heures et demie), et réveil en sursaut à huit heures, par un coup de fil de ma mère qui voulait me prévenir qu’il y avait eu un changement d’horaire pendant la nuit (information qu’elle tenait de moi qui la lui avait donnée la veille), histoire que je ne rate pas mon train (que je prenais, donc, onze heures plus tard).
Voila-voila.

Quelques instants plus tard, emmitouflée dans mon manteau noir pour passer incognito, je croise un paparazzi dé mierda qui me shoote, en compagnie du ténébreux Antonin Malroux (qui se voulait discret, lui aussi), alors que nous tentions de nous esquiver ni vu ni connu de l’endroit où nous avions passé la nuit.
Oui, bon, quoi, on a passé la nuit dans le même hôtel, et alors ?
Et allez, ça va encore faire jaser, cette histoire……

antonin mercure

Le dimanche, c’est reparti pour une journée de marathonage de mes doigts.
Je m’échappe dans l’après-midi pour aller faire le salon-buissonnier en compagnie de ma désormais meilleure amie Delphine, fuyant quelques instants la chaleur étouffante, les bruits et la foule de notre habitat du week-end.

Le coin immédiat (juste derrière le salon) est trop trop joli… du coup, nous en profitons pour explorer la jungle qui le compose, avec plein de pierrasses super dangereuses à escalader. Comment ça me rappelle trop le temps de mes ascensions intrépides des hauteurs interdites des Buttes Chaumont, quand j’étais un microbe d’élève de sixième. Allez, la sixième c’était hier !

J’y vais : Je monte !
………ou pas.

agnes escalade montaigu

Delphine, elle, n’hésite pas une seconde.
Pff.
Tête brulée, va.

delphine intrepide

delphine intrepide 2

(Oui, bon, j’ai fait le tour, et alors ?)

Journée qui s’est magnifiquement terminée, avec la visite de Dom, ma maquettiste préférée à moi, la plus gentille, et de son amie la douce Céline, (et je ne dis pas ça pour la tuerie de caramels au beurre salé, confectionnés par le meilleur ouvrier de France, que Dom m’a apporté !)

dom celine 1

(Dom est en gris, Céline est en marinière)

…et puis la belle Aïda est passée m’interviewer, aussi.

aida montaigu

Trop un plaisir de la revoir !

0

Soufflez une réaction

Salon du Livre de Paris 2009 : Retour en enfance !

Posté le 16. Mar, 2009

SAMEDI 14 MARS 2009 :

Cette année, pour le salon du livre de Paris, j’avais décidé de partir à la chasse aux rencontres exceptionnelles.
Mais hors des sentiers battus, loin des traditionnels écrivains célèbres et médiatiques, que je croise toute l’année en salons….
Voici Bernadette Després. C’est une illustratrice. Son nom ne vous dit rien ? Et si je vous dis « Tom-Tom et Nana » ? :)
Eh bien, c’est elle :

bernadette despres

J’ai un très vieil album d’elle, que je possède depuis l’école primaire, qui s’appelle « Nicole et l’étoile de mer ».
Quant à « Tom-Tom et Nana », je dévorais leurs aventures dans le magazine « J’aime Lire » quand j’étais minus, et aujourd’hui, ce sont mes nioutes qui en sont folles.
Elles ont toute la collection, depuis qu’ils ont été réédités sous forme de livres !

dedicace bernadette

Puis je me suis rendue sur le stand d’un très vieux monsieur, âgé de 80 ans.
J’ai du ruser pour passer parmi les premières !
Ben oui, sa dédicace avait lieu à peine une demi-heure avant la mienne.
Son nom est Marcel Marlier. C’est également un illustrateur. Ca ne vous dit rien ?
Et si je vous dis « Martine », est-ce que ça vous parle mieux ?

Le voila :

marcel marlier 2

marcel marlier 3

Ses oeuvres aussi font partie de mes toutes premières lectures, puisque je conserve précieusement le « Martine à la fête des fleurs » que m’avait offert ma maitresse de maternelle, en guise de récompense. C’est probablement un de mes tous premiers livres, d’ailleurs.

dedicace marcel


Ensuite, vite, vite, je me suis dépêchée de rejoindre mon stand, où m’attendaient…
…de chouettes lectrices ! :))

lecteurs slp 2009 1

lecteurs slp 2009 3

Soudain, je me suis interrompue.
Une blonde me fixait, un peu à l’écart, avec un sourire timide.

Cette blonde, c’était Florence Kremer.
Ca ne vous dit rien ? C’est normal !
C’est une copine de classe du temps du collège, que je n’avais plus revue depuis cette époque…..
Elle avait déménagé pour partir vivre au Canada, et nous avions correspondu pendant plusieurs années.
Je lui avais même envoyé une ou deux planches de BD que j’avais réalisées spécialement pour elle, en guise de cadeau d’anniversaire. :)
Aaaah, c’est la journée nostalgie, on dirait !

florence kremer

Demain, mon objectif est clair et identifié :
Obtenir une dédicace et une photo avec le troisième, et de loin le plus important, des auteurs de mon enfance.
Si j’y arrive, alors là….
Epreuve supplémentaire : sa dédicace commence exactement pile en même temps que la mienne !
Y parviendrai-je ?

DIMANCHE 15 MARS 2009 :

J’arrive au salon du livre avec une heure et demie d’avance.
Leur site est complètement nase : impossible d’identifier sur quel stand l’auteur que je veux rencontrer signe, ça bug sans arrêt !
Du coup, munie d’un plan en papier, je cherche l’allée N33, avec dans l’oeil une étincelle d’inébranlable détermination Terminatoresque.
« Vous êtes Sarah Connor ? »
« Non »
« Vous êtes le stand N33 ? »
« Non »
« Vous êtes le stand N33 ? »
« Non »
« Et là, vous êtes le stand N33 ? »
« Oui »

Bingo.
Une fois localisé, je mets absolument tout le staff au courant, de la caissière jusqu’à l’éditrice en passant par le manutentionnaire, que je suis un auteur en dédicace venue spécialement pour rencontrer…l’homme.
Je dois absolument passer la première.
D’ailleurs, pour gagner du temps, j’achète tout de suite quatre de ses livres, un pour moi, un pour chacune de mes nioutes, et un pour faire une surprise à Dom, ma copine maquettiste qui habite en Bretagne et qui m’a peté le tympan ce matin au téléphone, lorsque je lui ai confié que j’allais tenter de le rencontrer.
Pour elle aussi, c’est toute sa jeunesse.
On m’explique que bon, il arrive dans une heure et demie, et qu’il n’y a jamais foule, devant son stand. Je n’ai qu’à repasser dans une heure vingt cinq.
Je réponds que les gens sont tarés de ne pas lui sauter dessus, et que je vais repasser tous les quart d’heure jusqu’à sa venue.
Tout le monde rigole.
Ils ont tort, je repasse réellement tous les quart d’heure.

A l’heure dite, je suis à mon poste, plantée comme un piquet.
Derrière moi, une petite queue commence à se former… et là, devinez qui me saute dessus ?
Un copain de Facebook !
Venu me rencontrer, il ne m’a pas trouvée derrière mon stand, et jetait donc un coup d’oeil dans les parages.
L’homme est providentiel : il est muni d’un appareil photo dernier cri, dont il sait visiblement se servir.
Amusé, il me rend le téléphone portable que j’essayais de lui refourguer, et me dit « laisse, je vais te les faire, tes photos avec lui. »

Et il les fait.
Les trois photos suivantes ont donc été prises par Gérard Clech (merci Gérard !) :

mains de chaulet

Voici les mains de celui qui a écrit une saga si passionnante, que Star Wars à côté, c’est des maquettes Playmobil.
Son oeuvre, que je lisais enfant, a directement inspiré mon écriture.
Si.
Absolument.

D’ailleurs, son héroïne, physiquement, me ressemblait comme une jumelle.
J’aurais gravement pu l’incarner si elle avait été adaptée au cinéma.
Vous voulez une preuve ?

Très bien.
La voici.

fa

Vous l’avez reconnu, cet écrivain, n’est autre que Georges Chaulet, alias le père de Fantômette !

Et là, ce cliché de nous deux, pour moi, c’est juste gigantesque.

georges chaulet et moi

Rendez-vous compte : je me suis quand même pointée devant ce gars, en lui expliquant que son héroïne, en fait, c’était moi !
(« Je suis ta fiiille… »)
(Mieux que Stars Wars, je vous dis !) :)
Pour se moquer, il a voulu me faire une dédicace en m’appelant Françoise. :))

dedicace fantomette

(Sur la dédicace, il a écrit : « pour Agnès, une authentique Fantômette ! » Si ça c’est pas la preuve absolue qu’il m’a reconnue ! Mieux qu’un test ADN !) :)

Je vous épargne toutes les autres photos où j’ai tellement les yeux qui clignotent et qui brillent en lui racontant ma vie, tandis qu’il signe, que j’ai l’air d’une guirlande de Noël.
Eperdue de bonheur, j’ai ensuite galopé jusqu’au stand du Livre de Poche qui m’attendait.
Allez, j’ai encore shooté mes lecteurs, parce que j’adore faire ça…. :)

lecteurs ldp 2009 1

lecteurs ldp 2009 2

agnes abecassis salon du livre de paris 2009



0

Soufflez une réaction

Café littéraire du 25 février 2009.

Posté le 02. Mar, 2009

Merci à tous ceux qui se sont déplacés en plein soir de semaine bien gla-gla, et merci aux sémillantes animatrices de la librairie A livre’Ouvert (171 bis, boulevard Voltaire 75011 Paris), Magali et Laetitia, pour leur accueil si chaleureux !

MAGETLAELIBRAIRES

Elles sont même parvenues à accomplir des prodiges, déménageant en quelques heures à peine le café littéraire qui devait avoir lieu dans un salon de thé, jusqu’à un autre lieu, plus vaste, permettant d’accueillir toutes les personnes qui se sont déplacées.

En plus, c’est totalement subjectif mais je trouve que mes lecteurs à moi sont… beaux.
Oui, oui, même ceux planqués tout au fond derrière, ceux hors champs, ou ceux arrivés un peu plus tard !
La preuve, en image. :)

meslecteursbeaux2

librairesbyelisabeth

(photo : Elisabeth Robert)


Rencontre avec deux filles Abécassis, qui ne faisaient pas partie de ma famille puisque j’ai fait leur connaissance ce soir là.

sylvieetfabienne

Mon pote Jean-Arnaud, le frère de ma copine l’écrivain Dominique Dyens !

jacaflitt

Hou, mais voila mes copines, des lectrices qui viennent me voir à chacune de mes dédicaces à Paris, ça fait super plaisir ! :))

fanclubperso2

fanclubperso

(il y a, de gauche à droite : Aurélia, Claudia, la brune Ophélie et Cynthia !)

Ma fille a fait des photos magnifiques, mitraillant absolument tout et tout le monde.

mainetdedicaces

(mention spéciale à la nappe, imprimée d’un somptueux bleu nuit étoilée…
je l’ai tellement kiffée que j’ai hésité un moment entre dédicacer ou prédire l’avenir !) :)

A la place d’un petit mot sur son livre, Laetitia m’a demandé de la dessiner.
Je me suis exécutée, ne soupçonnant pas une seconde qu’une petite souris photographiait mon tracé au fur et à mesure.
J’ai découvert les photos le soir, en rentrant à la maison. Et même si le dessin n’est pas terrible, le modèle et les clichés sont si jolis que je ne résiste pas à l’envie de vous les montrer ! :)

laetitiadedicace

La dédicace s’est terminée sur une note sucrée.
Merci au dessinateur Aurélio !
(Une Aurélia et un Aurélio réunis par hasard ce soir là dans la même salle…twilight zone, je vous dis…) :)

perlesdechocolat


0

Soufflez une réaction