Mon interview de parent…

Posté le 28. Mar, 2010

A l’occasion de la parution de mon nouveau roman, « Soirée Sushi » aux éditions Calmann-Levy, le site Parent-solo.fr m’a interviewée…

parentsolo

2

Soufflez une réaction

Blabla sur ma BD… et campagne de pub !

Posté le 09. Mar, 2010

Dans le « Marie-Claire » du mois d’avril, on parle des Carnets d’Agnès….

Article Marie-Claire

Et dans « Questions de femmes » aussi !

Article QUESTIONS DE FEMMES mars10

Pleine page de la campagne de pub, dans de nombreux magazines :

lifting presse

1

Soufflez une réaction

Rome en photos (= Roman-photo, ah ! ah !)

Posté le 28. Fév, 2010

Deux ouvrages bouclés sans prendre un seul week-end de pause, pas de vacances depuis presque deux ans, un état émotionnel proche de l’Ohio, le tout enrobé d’une fatigue pourvoyeuse de maux récurrents, tous résumables par le corps médical via cette sentence : « il faut vous re-po-ser ! ».
Du coup, comme ça faisait des mois que je me trainais à l’état de ruine, je me suis dit que j’allais rendre visite à mes consoeurs, et aller les visiter, ces ruines…dans la ville où on marche le plus. Capito ?
Ni une ni deux, j’embarque mes nioutes, et nous voila parties pour Rome.

Munie d’une carte détaillée et d’une bonne paire de basket, je devrais pouvoir m’en sortir, non ?

R1
Non.
Heureusement, j’avais emmené avec moi mon GPS de poche (Grande Poulette Savante) la plus efficace création pour se réperer n’importe où une carte à la main que l’on puisse trouver sur le marché. (Et c’est moi qui l’ai faite.)
J’avais également entendu parler de cette amusante particularité italienne qui consiste à rouler à 130 km/h sur des routes limitées à 50, y compris en ville (j’exagère à peine).
Eh bien ce n’est pas une légende ! C’est dans ces moments là qu’on se félicite chaleureusement de ne jamais avoir passé son permis.
Sitôt la première journée passée, j’en ai fait des cauchemars !
Le concept de traverser une rue, à Rome, équivaut à celui de risquer sa vie. Les voitures ne s’arrêtent pas !
Pire, si vous posez un pied tremblotant sur la chaussée, elles le remarquent et elles accélèrent ! La solution ? Traverser « à la romaine ».
Un peu façon « Crocodile Dundee qui mate un buffle avec ses doigts » : vous avancez, sans courir, sans vous presser, et vous fixez les voitures qui viennent vers vous et qui, impressionnées par votre calme surhumain, ralentissent à votre niveau.
Et pour cela, heureusement, je m’étais munie d’un PPSF de poche (Petite Poulette aux Sourcils Froncés) (c’est moi qui l’ai faite aussi), qui gérait tout le boulot, avant de clamer victorieusement, sitôt que nous avions atteint le trottoir d’en face : « ça y est ! Je les ai regardés ! »
Sinon, il existe aussi une troisième méthode : se planquer derrière un romain en lui en le laissant prendre tous les risques (testé et approuvé par moi.)

Traverser, mais pour aller où, me direz-vous ?

Eh bien chez Dagnino (galleria Esedra, via Vittorio-Emanuele Orlando, 75), le meilleur pâtissier sicilien qui existe à Rome, et qui est à deux pas de notre hôtel.
R2
La preuve :
Voila, on a testé pour vous. On ne voudrait pas vous conseiller n’importe quoi non plus, hein.
Par où commencer ? Nous sommes à peine arrivées depuis quelques heures, et la nuit ne va pas tarder à tomber. On explore ? Allez, on explore.
On franchit le Tibre, on va se perdre dans le Trastevere, un quartier que nous n’avons pas particulièrement adoré. On ne saurait dire pourquoi. Même si, comme tout à Rome, l’endroit est d’une rare beauté.
R5
Oui, parlons-en, de la beauté de Rome. C’est une ville magnifique, un musée à ciel ouvert, où l’on découvre des trésors à chaque coin de rue, où l’on s’émerveille de mille détails quel que soit l’endroit où les yeux se posent. C’est un voyage dans le temps, et à toutes les époques mélangées. C’est juste sublime.
Et les romains, quand on fait l’effort de baragouiner quelques mots d’italien pour leur parler, sont polis et accueillants.
Choc des cultures pour la parisienne que je suis ! J’ai plus l’habitude de parler en souriant.
Nos premières pizza italiennes, nous les goûtons chez Popi-Popi (via delle Fratte di Trastevere, 45), un restaurant qui les fait avec une pâte ultra fine.
R6

Après une bonne nuit de sommeil, nous décidons d’aller à la fontaine de Trévi à pied. En chemin, selon le théorème disant qu’à Rome, il y a une merveille à découvrir à chaque coin de rue, nous tombons tout naturellement… sur le palais présidentiel.

R7

…et par voie de conséquence, deux rues plus loin, nous tombons nez à nez avec Giorgio Napolitano.
Qui est Giorgio Napolitano ?

Oh, rien d’autre que le Président de la République Italienne.
(A ne pas confondre avec Sylvio Berlusconi, qui lui est président du Conseil.)
Et qu’est-ce qu’il fait devant moi, il signore Napolitano ?
Il serre la pince à Gianni Alemanno, le maire de Rome !
R8
R9

Ensuite, on est tous allés ensemble prendre un pot. Enfin, surtout mes filles et moi.

Non sans avoir jeté, auparavant, une pièce dans la sublimissime (au delà des mots) fontaine de Trévi, et l’avoir mitraillée de photos…
R10
Puis, on s’est dirigées vers la piazza Colonna.
Pour l’admirer ?
R11

Non. Juste parceque derrière, se trouve le meilleur glacier de Rome !
Que dis-je, de Rome ? d’Italie ! J’ai nommé : Giolitti. (Via degli Uffici del Vicario, 40)

R12
Leurs glaces sont crémeuses à tomber, à peine sucrées, sans colorant, et exhalent un goût si délicat et si prononcé, sublimant le parfum qu’elles continennent, qu’après les avoir goûtées, toutes les autres glaces auront la saveur d’un sunday du Macdo.
Et non, ils ne m’ont pas payée pour dire ça, ils ont même failli me lyncher pour avoir mis trois misérables secondes à choisir parmi leur cinquantaine de parfums différents.
(Fallait voir la foule déchainée ! Bande d’affamés !)
R15

Nous marchons ensuite jusqu’à la très élégante piazza Navona.

On ne dirait pas, comme ça, mais cette place fut il y a longtemps un ancien stade (le stade de Domitien), et les immeubles sont directement construits sur les gradins !
Ultra touristique, les fontaines y sont, comme d’habitude, particulièrement somptueuses.
R16

Hop ! Un saut au marché Campo di Fiori, situé juste à côté.

Super joli, plein de produits typiques et de tee-shirt de toutes les couleurs avec « I love Roma » dessus !
Il faut juste arriver à oublier que ce marché est situé sur une ancienne place d’executions publiques. Brr.
R17

….et on fonce retrouver Anne-Marie, de l’agence Visite Guidée de Rome pour trois heures d’explorations passionnantes de la Rome Antique.

Cette visite, je l’ai voulue pour nioute ainée, qui avait trois rêves : aller en Italie, visiter Rome, et voir le Colisée. Nioute minus avait aussi un petit rêve secret, que j’ai exaucé dans la foulée.
Grâce à Anne-Marie, on l’a découvert, ce Colisée, de la façon la plus complète, la plus instructive, et la plus intéressante qui soit ! Un vrai bonheur. (Anne-Marie est guide officiel de la ville de Rome, donc si vous allez là-bas et désirez découvrir l’histoire d’un site en particulier, n’hésitez pas à la contacter.)
Après le Colisée, elle nous a ensuite fait découvrir les Forums impériaux, le Capitole, le Palatin, le Sénat romain, le Forum de Trajan, l’Arc de Titus, et j’en passe… une mine d’informations ponctuée de dizaines d’anecdotes, et des milliards de photos prises, dont voici quelques unes.
R18

Impression étonnante de piétiner des trésors historiques…et pensée que, peut-être, ces sites devront être fermés dans quelques années pour leur conservation. Comme le furent les grottes de Lascaux. Sentiment intense d’être peut-être une des dernières à fouler ces chemins…

R19

A peine avons-nous quitté notre guide, que nous décidons de terminer la journée par une visite des Musei Capitolini.

Hop ! Après avoir fait quelques pas à l’intérieur, nous tombons nez à nez sur l’emblême de la ville : La louve romaine nourrissant Romulus et Remus !
R20

Au fait, je ne vous ai pas parlé des italiens ?

Aaaah, les italiens ! Qu’est-ce qu’ils sont mignons ! En plus c’est dingue, ça, impossible de faire deux pas sans se faire draguer.
D’ailleurs, même moi je m’y suis mise. J’ai dragué un peu. Oh, pas beaucoup, juste une fois, pour voir si mon bon vieux pouvoir de séduction n’était pas trop périmé.
J’ai croisé ce beau frisé, là, avec ses yeux verts, et j’ai testé.
Mais cet idiot est resté de marbre.
R21

(Sous-titrage de nioute ainée : « Maman essayant d’embrasser un moche. »)

Sitôt sorties du musée, on trouve les impressionnantes statues de Castor et Pollux, représentés plus grands que leurs chevaux.
(A moins qu’ils n’aient eu un goût prononcé pour les poneys, allez savoir…)
Ils surmontent la Cordonata, un escalier qui a été conçu par Michel-Ange.
« Et avec tout ça », souligne nioute minus, « ils n’ont même pas été capables de se payer un slip ! »
R22

Ensuite, on s’est un peu perdues.

Et, à force de marcher, à un coin de rue, on est tombées sur… ça !
R23

La Bocca della Verità.
Comment on est trop rentrées en courant, tellement on a flippé !

Le lendemain, après une visite dans le quartier del Guetto, de la Grande Synagoga di Roma et de son musée, que je n’ai pas pu prendre en photo mesures de sécurité oblige, nous découvrons la fontana delle Tartarughe (la fontaine des tortues.) Une fontaine sublime de plus, surtout pour moi qui adore les tortues.

R24

Ah ! Il faut que je vous parle d’une découverte culinaire qui frôle le délice absolu.

Ce sont les carciofo alla giuda (les artichauts à la juive).
Le meilleur endroit où les manger, c’est chez Piperno (monte dei Cenci, 9).
R25

L’artichaut, c’est l’espèce de soleil, là, sur la gauche. Il est délicatement frit, et on détache ses pétales uns à un pour les grignoter. C’est succulent.

Au dessus, ce sont des fiori di zucca (des fleurs de courgette farcies de mozarella et d’anchois.)
Voila exactement ce qu’il faudra que j’apprenne à faire, le jour où je me déciderai à dire adieu à mon ami Picard !

Comme c’était un peu loin, on s’est dit qu’ensuite, pour aller à la piazza di Spagna, on irait à cheval.

R26

Et c’est ce qu’on a fait. Mais arrivées là-bas, l’horreur…. la place est entièrement envahie de supporters écossais tout verts qui hurlent des chansons guerrières en levant les bras et en essayant de faire peur aux supporters italiens face à eux qui hurlent des chansons guerrières en retour.

R27

Spectacle surréaliste. Et impossible de savoir si les écossais sont nus sous leur jupe. (J’ai demandé à la fille qui accompagnait l’un d’entre eux, mais elle m’a juré qu’elle ne le savait pas. Ca devait être sa soeur.)

R28

J’aurais adoré regarder le match dans un café, et encourager l’équipe ayant les joueurs les plus mignons, mais nous étions dans l’avion du retour au moment où il se déroulait.

Dommage, comme l’Italie a gagné, il a du y avoir une ambiance de liesse dans les rues de Rome !

Alors, nous sommes parties visiter le Panthéon…

R29

Ce jour là il faisait beau, mais il parait que lorsqu’il pleut, il pleut aussi à l’intérieur, par l’oculus central !

Notre dernière journée sur place fut consacrée à la visite des musées du Vatican, que nous avons effectuée au pas de charge, craignant de ne pas avoir le temps de tout voir.

Du coup, on a trié et sélectionné exactement ce qui nous intéressait. Sauf qu’en réalité… les musées se suivent, et on doit tous les faire !
Certains ont été pour nous plus impressionnants que d’autres. Par exemple : la galleria delle Carte geografiche (galerie des cartes géaographiques) (oui, je me la pète un peu en italien, et alors ?) 🙂 absolument magnifique, les Stanze di Raffaello (les chambre de Raphaël), aux murs couverts de fresques, jusqu’à…la Capella Sistina (la chapelle Sixtine !).
Un peu déconcertante au début (après de telles magnificiences, de telles débauches de dorures, l’endroit, pas éclairé et bondé de monde, surprend au premier abord), puis on observe, on prend une photo en cachette sans flash (chuuut, c’est interdit !), et l’éblouissement nous saisi.
Grandiose. C’est juste grandiose.
Et encore plus grandiose d’imaginer Michel-Ange peindre pendant presque trois ans ces fresques du haut de ses vingt mètres d’échaffaudages !
R30

On finit par faire un tour à la pinacothèque, une splendide collection de peintures que l’on découvre avec son Audioguide vissé à l’oreille, puis on file par les escaliers de Bramante (oeuvre de 1932, réalisée par Giuseppe Momo) direction l’incontournable place St Pierre….

R31

…que voici :

R32

Et comme on a adoré tout ce qu’on vient de voir, le temps d’un rafraichissement au Café Doria (via della Gatta, 1), où le patron nous reçoit avec une rare gentillesse (je le répète : j’ai plus l’habitude, à Paris !)…

R33

…on décide de terminer la journée par une expo absolument somptueuse del Caravaggio (Le Caravage) (bouh, que c’est moche dit en français !) qui nous fait toutes les trois tomber en pâmoison absolue. D’ailleurs, nioute minus et moi décidons que Caravaggio est désormais notre peintre préféré.

L’expo, qui a commencé le 20 février, se termine le 13 juin 2010, et se déroule à la Scuderie del Quirinale (via 24 maggio, 16)
A voir absolument si vous êtes dans le coin !
R34

Sur le chemin du retour, dans l’aéroport, la commerciale d’un stand bancaire tente de me vendre une carte de crédit. Elle m’en explique le fonctionnement, et quand je lui répond en français, elle s’excuse : « désolée, je vous avais prise pour une italienne ! Cette carte est réservée aux italiens… »

J’ai failli l’embrasser.
15

Soufflez une réaction

Interview sur Paris-Normandie…

Posté le 12. Jan, 2010

Merci à Benoit Vochelet, sur son blog (et la rubrique de son magazine) Paris Normandie !

itw Paris Normandie

4

Soufflez une réaction

En ce moment, au Livre de Poche…

Posté le 05. Jan, 2010

…Si vous achetez deux ouvrages aux éditions du Livre de Poche, ils vous en offrent un troisième gratuit, à choisir parmi une sélection de douze best-sellers, dont un de mes titres : « Au secours, il veut m’épouser ! »

Pub Livre de Poche

Si vous l’avez déjà lu, vous pouvez aussi choisir un Eric-Emmanuel Schmitt, un Jacques Salomé, un Jeff Abbott, un Camut/Hug, un Guy de Maupassant ou un Bernard Pivot, bref… que du lourd ! 🙂 (dans la limite des stocks disponibles.)

……………………et last but not least, ma BD est « BD du mois » dans le magasine Biba de Février !
Trop cool ! 🙂

Bd dans Biba

3

Soufflez une réaction